Publié par : sevtaf | 28 novembre 2009

Une rentrée d’enfer !

ou le récit mouvementé de la rentrée d’une biblioblogtrotteuse…

Main sortant de l'eau tenant un parapluie

  • 4 : 30 : sursaut du réveil. J’ouvre un œil puis l’autre en grognant, semblable à l’un de ces innombrables zombies rôdant et gémissantes dans la nuit des morts vivants. Zombie vêtue d’une chemise de nuit à fleurs… Terrifiant. Zombie a faim. Céréales. Je me saisis du paquet d’une main frénétique, le paquet s’échappe de ma main déversant ses mille et une pétales sur la moquette. La journée commence bien… Salle de bains : un brin de toilette me rend une apparence plus humaine… Autant que faire se peut. Je dois me presser, le dernier noctilien n’attendra pas.

  • 5:00 : dehors, pas un bruit, enfin mis à part le bruit à réveiller les morts de ma valise à roulettes sur le bitume. Au loin, j’aperçois les deux yeux rouges et vicieux d’un noctilien qui s’apprête à fuir sans moi. Ah non, cette fois je t’aurai mon gaillard ! En deux temps trois mouvements je parviens à l’atteindre par un sprint à rendre jaloux Usain Bolt et je m’engouffre dans sa bouche béante. À l’intérieur, je découvre des visages hagards aux yeux cernés qui semblent faire un effort surhumain pour demeurer ouverts.
  • 5:30 : j’atteins l’auguste beffroi de la Gare de Lyon. Je me fraye un passage avec ma grosse valise parmi la foule dense et stressée non sans emmener dans mon sillage quelques voyageurs un peu trop près. Le long serpent gris nous attend patiemment.
  • 6:00 : ouf, enfin assise ! Enfin presque, un monsieur en léger surpoids (hum, hum) s’assied à côté de moi. À chaque mouvement du gentil monsieur, l’onde de choc se transmet à mon siège me donnant l’impression d’être attachée au siège d’un grand huit en pleine vrille. Ce sont les derniers râles de son siège, ça ne fait aucun doute.
  • 8:00 : après 2 heures de tressaillements, sautillements et autres sauteries, j’arrive enfin à Lyon. Le froid qui m’assaille me transperce les os et dire que je suis descendue vers le sud ! Vers le Pôle Sud, oui!  J’arrive à attraper un tramway et par chance il va là où je vais ! Le visage collé à la vitre (le tramway est bondé, j’admire les premières esquisses du paysage urbain lyonnais dans un brouillard complet).
  • 9:00 : Arrivée à ma résidence estudiantine, j’apprends que mon logement n’est pas équipé malgré le fichier d’inventaire très complet joint au bail, c’est bien connu manger avec ses doigts c’est tellement plus exotique ! L’état des lieux signé je file tout droit vers l’école.
  • 9: 55  : Il me reste cinq minutes. La pluie se met à tomber dru, un vrai déluge. Trempée comme une soupe, je discerne au loin un petit bout du bâtiment blanc. Je finis par trouver l’entrée. Dégoulinante, je saisis le stylo que l’on me tend pour signer mon procès-verbal d’installation, non sans avoir laissé quelques traces de mon passage sur le parterre immaculé (le début de la célébrité…). Et voilà comment je me trouvais, après être tombée de Charybde en Scylla, soulagée et heureuse comme une écolière de faire enfin ma rentrée…
Publicités

Responses

  1. Bonjour les biblioblog-trotters !!!
    A peine arrivé à Lyon, nous allons bientôt biblioblog-trotter depuis nos bib d’affectation, billets des 4 coins de la France ! Ce blog sera notre lien à Lyon et à la Fibe T.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :